Accéder aux cartes

Principes et déroulement du concours

Le concours est organisé pour et dans le cadre des deux heures hebdomadaires d’option géographie des étudiants en CPGE de première année (hypokhâgne A/L ou B/L). Tout ou partie des optionnaires peuvent être inscrits au concours pourvu qu’ils se répartissent en groupes de 2 ou 3 personnes.

Les enseignants proposent de manière collégiale une demi-douzaine d’articles de presse d’actualité récents au sein lesquels le jury choisira l’article de l’épreuve finale.

Les enseignants choisissent de manière collégiale les 2 articles de presse d’actualité récents sur lesquels les étudiants travailleront tous pour le premier entraînement, autour des vacances de la Toussaint, pour le second entraînement, autour des vacances de février. Ces articles sont à cartographier par chaque groupe, et les productions des élèves donnent lieu à des échanges entre les lycées. Ces deux entraînements annuels sont proposés sur la base de 4 heures réalisées en cours et 2 heures de travail final à la maison (afin de suivre le format concours de 6h). Chaque classe reçoit le même nombre de cartes que de groupes présents dans son établissement. La classe corrige, commente, évalue les productions sur la base d’une grille de lecture commune. Cette pratique permet de comparer son travail à celui des groupes d’autres établissements, et de lister les bonnes et mauvaises pratiques, de favoriser la discussion et les débats au sein de la classe autour de la sémiologie graphique.

Enfin, au cours de l’année les enseignants choisissent librement et individuellement le ou les autres articles sur lesquels ils souhaitent faire travailler leurs propres élèves.

Règles pour l’épreuve finale du concours

– La base de la réalisation cartographique est un article de presse d’actualité récent.

– La réalisation cartographique peut venir illustrer, compléter, préciser, contextualiser… l’article proposé. C’est aux étudiants de choisir sa fonction.

– Les étudiants travaillent en groupes (binômes ou trinômes) et fournissent une seule production par groupe.

– La réalisation est en temps limité (6 heures).

– Un jeu de fonds de cartes (plusieurs projections et échelles possibles) est choisi et fourni par les enseignants. Il est strictement le même pour tous les groupes de tous les établissements.

– Les fonds de carte ne peuvent pas être photocopiés pour être agrandis ou rétrécis, mais ils peuvent être découpés manuellement par les étudiants qui le jugeraient nécessaire.

– Les fonds de carte peuvent être (ou non) complétés par des diagrammes, des dessins, des schémas, des cartes, etc. pourvus qu’ils soient réalisés à main levée.

– Les collages sont possibles (notamment des dessins, des graphiques, etc.)

– Les recherches sur Internet sont autorisées pendant les 6 heures, de manière à préciser une localisation, compléter ou actualiser des données chiffrées, rechercher un mot de vocabulaire, obtenir un complément d’information de manière à mieux comprendre un phénomène ou une allusion de l’article…

– L’ensemble de la réalisation cartographique -carte(s) finale(s), légende, éventuels dessins, graphiques, titre, et sources- doivent figurer sur un recto de feuille au format A3. Pas de recto-verso.

– Les sources doivent autant que possible être indiquées et mises à jour.

Jury et modalités d’évaluation

Les cartes des deux entraînements sont scannées et envoyées aux enseignants dont les étudiants participent au concours.

Les cartes de l’épreuve finale sont scannées et envoyées aux membres du jury, qui peut être composé d’enseignants en géographie du secondaire et de CPGE, de professionnels (journalistes, cartographes, illustrateurs…), d’universitaires, d’inspecteurs de l’éducation nationale, et de personnalités extérieures. Les cartes sont évaluées par le jury en fonction de la grille d’évaluation commune utilisée au cours de l’année, mais aussi des attentes et sensibilités de chacun de ses membres.

Le jury distingue celles qu’il estime être les meilleures cartes, mais il décerne aussi trois distinctions :

– les cartes les plus créatives,

– les cartes les plus esthétiquement réussies,

– et les cartes dont les légendes sont les plus pertinentes.